Aspects sciences sociales de la cohorte multicentrique de patients co-infectés par le VIH et le VHC (HEPAVIH)

 
Sigle
HEPA VIH
Année
2005-2014
Problématique
La co-infection par le virus de l’hépatite C (VHC) est une des principales causes de morbidité et de mortalité chez les patients infectés par le VIH dans les pays où ces patients ont accès aux multithérapies antirétrovirales. La prise en charge de la co-infection VIH-VHC est complexe, du fait notamment des interactions existant entre ces deux virus et entre leurs traitements, et des effets secondaires de ces traitements. Par ailleurs, une grande partie des patients co-infectés sont socialement vulnérables (usagers actuels ou passés de drogues par injection) et continuent à avoir un accès insuffisant au traitement du VHC. Enfin, l’efficacité à long terme de ce traitement est réduite en raison du risque non négligeable de réinfection après une clairance spontanée du virus ou une réponse virologique soutenue au traitement.
Objectifs
Le projet HEPAVIH vise à regrouper des patients co-infectés par le VIH et le VHC en une cohorte nationale afin de mieux caractériser leur prise en charge et leur vécu d’une double séropositivité. Les données recueillies permettront d’identifier les facteurs socio-comportementaux pouvant jouer un rôle dans le retard de prise en charge de l’infection à VHC, de déterminer si le traitement anti-VHC a un impact sur l’observance du traitement anti-VIH et d’étudier l’évolution de la qualité de vie des patients co-infectés.
Méthode
Au total 1175 patients ont été inclus dans la cohorte entre octobre 2005 et décembre 2008, et ont accepté d’être suivis pendant 5 ans. Des données cliniques, démographiques et socio-comportementales sont recueillies à l’inclusion et tout au long du suivi. Les données socio-comportementales sont obtenues par le biais d’auto-questionnaires administrés à l’inclusion et annuellement durant le suivi (situation affective et sociale, consommation de drogues et de médicaments, perception de la prise en charge du VHC, qualité de vie, observance aux traitements, symptômes dépressifs). Pour les patients initiant un traitement anti-VHC, un auto-questionnaire supplémentaire est proposé à l’initiation, en cours et en fin de traitement afin de mesurer l’observance aux traitements et la qualité de vie en cours de traitement anti-VHC.
Perspectives
Les études menées jusqu’à ce jour ont permis d’analyser de façon approfondie les interactions entre les indicateurs du vécu des patients co-infectés (patient-reported outcomes) et les paramètres objectifs de l’évolution de leur maladie (accès au traitement, évolution clinique).Nous nous sommes intéressés en particulier aux liens entre les comportements de consommation (drogues, alcool, tabac – mais aussi polyphénols et caféine) et l’évolution de la maladie, la réponse au traitement anti-VHC et le vécu de ce traitement. Ces études se poursuivront sur l’année 2014, où elles s’orienteront davantage sur l’évolution de la qualité de vie au cours du traitement VHC et la toxicité perçue de ce traitement.
Commanditaires
Agence Nationale de Recherches sur le Sida et les Hépatites virales B et C (ANRS CO-13) ; Ensemble Contre le Sida - Sidaction (ECS).
Partenaires
UMR912 SESSTIM (INSERM-IRD-Aix Marseille Université) ; Hôpital Cochin, Service de Médecine Interne, Paris - Hôpital Tenon, Service des maladies infectieuses et tropicales, Paris ; Hôpital La Pitié-Salpêtrière, Service des maladies infectieuses et tropicales, Paris ; CISIH Hôpital Sainte-Marguerite, Marseille ; CHU Purpan, Service d’hépatogastroentérologie, Toulouse ; Hôpital Pellegrin, Fédération des Maladies Infectieuses et Tropicales, Bordeaux ; Hôpital Haut-Lévêque, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Bordeaux ; Hôpital Saint-André, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales, Bordeaux.
Publications associées
Thèmes :
Equipes :
© SESSTIMORS PACA - SIRSÉ PACA - SISTE PACAMentions légalesCrédits • Dernière mise à jour le 23/06/2017